Déplacement dans le Département des Ardennes Dans le cadre de ses déplacements dans les Départements, Dominique BUSSEREAU, Président de l’Assemblée des Départements de France, s’est rendu, à l’invitation de Benoît HURÉ, Président du Conseil départemental et du groupe DCI, dans les Ardennes, le 19 mai 2016, pour une visite de travail.

Alors que, depuis le, 1er janvier 2016, les Départements ne disposent plus de la clause de compétence générale, Benoit HURÉ a souhaité mettre en valeur les politiques et initiatives volontaristes que les Ardennes ont initiées, souvent en appui des interventions de l’Etat.

Ce volontarisme caractérise bien l’action du Conseil départemental des Ardennes. Au cours de ces 30 dernières années, il a consacré des moyens considérables à la fois pour ses équipements, sa reconversion économique, le soutien à la formation, la recherche et l’enseignement supérieur, efforts qui n’ont pas été vains.

Ces investissements, en soutien à l’Etat, ont principalement été mobilisés sur les projets autoroutiers tenant à la liaison entre les grands ports du sud de la France et ceux de Belgique : 117 millions d’Euros ont ainsi été investis par le Département au bénéfice de la réalisation de l’A34 entre REIMS et CHARLEVILLE-MEZIERES, et 114 millions ont été consacrés au tronçon qui reliera CHARLEVILLE-MEZIERES à la frontière belge à la fin 2017, tronçon que les Président HURÉ et BUSSEREAU ont visité lors de ce déplacement, « un projet vital et nécessaire », selon Benoît HURÉ.

Dans un même temps des efforts extrêmement importants ont été réalisés pour la prévention des inondations (12,3 millions d’euros), la réhabilitation des logements (28 millions d’euros) et la mise en accessibilité des établissements recevant du public (25 millions d’euros).

1er Département industriel de France, le Département des Ardennes a été durement touché par les restructurations économiques des dernières décennies. Le Conseil général, devenu Conseil départemental, s’est mobilisé pour accompagner les acteurs économiques, favoriser la transition industrielle et sauvegarder l’emploi.

Sur les 10 dernières années, l’intervention de la collectivité a permis de soutenir plus de 1 900 PME ardennaises et de maintenir ou créer plus de 4 200 emplois directs sur le département représentant une aide totale de plus de 26 millions d’Euros, intervention qui est aujourd’hui interdite par la loi NOTRe depuis le 1er janvier 2016.

C’est ce qu’ont constaté les visiteurs avec la visite du CFAI de Charleville-Mézières durant laquelle la délégation s’est plus particulièrement intéressée aux équipements liés à la fabrication additive, domaine dans lequel les Ardennes sont à la pointe.

Le Président HURÉ a réaffirmé que : « Nous continuerons de nous battre ensemble pour la faire reconnaître et faire largement admettre le rôle fondamental des Départements dans la cohésion sociale, politique, économique de notre pays et le bien-être individuel et collectif des Français. », rappelant que le Conseil départemental des Ardennes accompagne chaque année près de 14.500 bénéficiaires, ce qui représente plus de 55 millions d’Euros et une charge lourde pour les finances départementales.

Si preuve il fallait, il appartient désormais au Gouvernement d’entendre les attentes des Départements dans les négociations relatives au RSA qui se tiennent actuellement. Il lui appartient également de préciser les critères d’interventions de ces derniers afin que les aides indispensables apportées aux acteurs économiques ne disparaissent pas.